Communiqué de presseCatégorielecture: 3 minutes

Cap sur le multi‑cloud : les entreprises misent sur la monétisation des données

D’après la dernière étude VMware, la souveraineté des données est une préoccupation critique pour la majorité des organisations.

Paris, le 17 octobre 2022 — En 2024, 89 % des organisations françaises chercheront à monétiser leurs données, d’après les résultats d’une nouvelle étude de VMware Inc. (NYSE : VMW), leader de l’innovation en matière de logiciels d’entreprise. Les données représenteront une source de revenus conséquente pour près de la moitié (49 %) des organisations d’ici les deux prochaines années, contre 41 % à l’heure actuelle.

L’étude, baptisée Multi-Cloud Maturity Index, a été menée auprès de 350 responsables informatiques en France. Ses résultats indiquent qu’une grande partie (47 %) des répondants sont convaincus que le fait de s’appuyer sur plusieurs clouds leur permettra de tirer pleinement parti de leurs données pour innover, mais aussi faire face à des problématiques critiques de souveraineté, aussi bien au niveau sectoriel que territorial. Cet enjeu est considéré comme un des principaux défis pour les organisations puisque 95 % d’entre elles se disent préoccupées par la souveraineté des données.

Quels freins à la monétisation des données ?

Toutefois, la volonté d’extraire davantage de valeur des données s'accompagne de problématiques supplémentaires : la sécurité (31 %), les compétences (33 %), la difficulté à intégrer plusieurs environnements cloud (29 %) et le cloisonnement des données (21 %) restent ainsi des obstacles majeurs. Les organisations doivent également renforcer leur contrôle sur leurs frais opérationnels et sur leurs investissements dans les services cloud. 71 % et 70 % des répondants considèrent ces deux paramètres comme essentiels dans leurs stratégies de monétisation des données.  « Les données, de par leur capacité à être des moteurs de l’innovation, sont désormais le pilier de l’entreprise numérique et de véritables atouts concurrentiels. Être cloud smart (c’est-à-dire avoir la capacité de choisir le type de cloud adapté en fonction des données, y compris aux informations hyper sensibles qui doivent rester sur un territoire donné) s’impose comme la nouvelle norme pour les organisations cherchant à se démarquer de la concurrence », déclare Joe Baguley, vice-président et directeur technique de VMware pour l’EMEA. « Dans cette optique, les entreprises tirant pleinement parti du multi-cloud pour gérer leurs données en constatent les effets positifs à tous les niveaux. Or, pour réussir, elles doivent pouvoir contrôler l’endroit où ces données seront stockées, sans en compromettre la sécurité, la conformité ou la souveraineté, et sans entraver leur liberté de choisir leur fournisseur. »

L’impact du multi-cloud sur la rentabilité des entreprises

La majorité (84 %) des répondants s’accordent à dire que les bénéfices du multi-cloud, la possibilité d’utiliser et de gérer différents types de clouds privés, publics, en périphérie et souverains, l’emportent sur les difficultés. Respectivement 42 % et 38 % des personnes interrogées estiment que le multi-cloud a eu un impact très positif sur la hausse de leurs recettes ou sur leur rentabilité et seule une minorité (5 %) des répondants ne considèrent pas le multi-cloud comme essentiel à leur réussite.

Un constat que partage Carrefour : « Notre stratégie Digital Retail 2026 repose sur une approche « data-centric, digital-first ». Les données et le cloud sur lequel elles s'exécutent sont au cœur de toutes nos opérations et de notre modèle de création de valeur. Cette digitalisation améliorera l'expérience client avec une plus grande personnalisation, augmentera l'efficacité opérationnelle au siège comme dans les magasins, et aura un effet positif sur le chiffre d'affaires du Groupe » explique Damien Cazenave, directeur technique et responsable de la sécurité des systèmes d’information chez Carrefour France.

Enfin, l’étude confirme l’importance de l’économie des données au seins des organisations européennes, puisque celle-ci devrait contribuer aux PIB de l’UE et de la France à hauteur de 4,2 % en 2025 (contre 2,6 % aujourd’hui), d’après les prévisions de la Commission européenne.

Méthodologie
L’enquête réalisée par Vanson Bourne pour le compte de VMware a été menée auprès de 2 880 dirigeants et responsables informatiques en Allemagne (350), au Danemark (240), en Espagne (240), aux Émirats arabes unis (240), en France (350), en Israël (240), en Italie (240), aux Pays-Bas (240), au Royaume-Uni (500), en Suède (240). Les travaux de recherche ont été réalisés entre avril et juin 2022.

À propos de VMware
VMware est l'un des principaux fournisseurs de services multicloud pour tous les types d’applications, destinés aux entreprises qui veulent innover tout en conservant le contrôle. Les solutions de VMware sont un socle de confiance qui offre aux entreprises la flexibilité et le choix nécessaires pour construire l'avenir. Basé à Palo Alto, en Californie, VMware s'engage à construire un avenir meilleur à travers son projet Agenda 2030. Pour plus d'informations, veuillez consulter le site vmware.com/company.